« A Saint-Martin, on se relève »

1 an après le passage de l’ouragan Irma, témoignage d’un enseignant sur l’état d’esprit des équipes éducatives et des enfants à Saint-Martin. Andy Armongon est aussi correspondant de Solidarité Laïque sur l’île.

Un an après Irma, dans quel état d’esprit est la communauté éducative ?

On veut être optimistes. Certes, les traumatismes ont été nombreux, mais voilà plusieurs mois déjà que la vie a repris. Les dégâts causés par un ouragan de catégorie 5 nécessitent des efforts importants. Ca prend forcément du temps, mais les choses avancent.

 

Et les enfants ?

Ils ont tous vécu quelque chose de très fort, avant, pendant et après le passage du cyclone. C’était important qu’ils puissent revenir rapidement à l’école, avec leurs camarades pour partager, échanger, retrouver leurs enseignants. L’équipement en kits scolaires, quand on a tout perdu, est aussi un signe de solidarité et une aide concrète qui fait chaud au cœur. Les membres et les donateurs Solidarité Laïque ont fait un beau travail !

 

En juin, Solidarité Laïque et l’USEP ont organisé un grand événement sportif qui a réuni les élèves de Saint-Martin autour de Jean-Marc Mormeck. Vous y étiez ?

Oui. Les enfants et les jeunes ont été ravis. Ca permettait de terminer une année difficile sur une note positive, sur une dynamique qu’on a tous besoin de retrouver. Ici, on souffre beaucoup de l’image qui est donnée par la métropole de notre île. Il faut savoir que deux mois après l’ouragan, la nature avait retrouvé ses couleurs et tout son attrait, les associations fonctionnaient à nouveau, on faisait du sport, on s’entraidait ! C’est aussi cela Saint-Martin ! Une capacité à vivre ensemble et à parier sur l’avenir.

 

En 2018-2019, des projets pédagogiques spécifiques vont-ils être conduits avec les élèves ?

Concernant les suites d’Irma, en dehors d’un travail sur la parole à conduire avec les élèves, le recteur souhaite instaurer une journée de prévention des cyclones, baptisée « journée japonaise ». Enseignants, élèves et parents d’élèves seront formés à la gestion des risques

Avec Solidarité Laïque, nous avons plusieurs projets en cours : installations sportives dans une dizaine d’établissements scolaires, pratique de sports nautiques et maritimes ….

Par ailleurs, nous allons travailler sur la mémoire de l’île et demander à des élèves de préparer un événement pour la journée de l’esclavage, le 27 mai 2019. Ce travail transversal, interdisciplinaire doit aussi favoriser le vivre ensemble sur place. Nous en reparlerons !

 

 

 

 

MOTS-CLES :

Suivez-vous sur les réseaux sociaux