« Ce volontariat auprès des enfants en situation de handicap a transformé ma vision de l’éducation »

Alexandra est volontaire de Solidarité Internationale au centre Estel au Sénégal, une structure qui accueille une trentaine d’enfants en situation de handicap. Elle nous raconte son quotidien et les raisons de son engagement.

Pourquoi t’es tu engagée ?

Ce n’était pas du tout au programme mais c’est une opportunité que j’ai saisie. Après avoir décidé de changer de carrière, j’ai choisi de faire du bénévolat. C’est là que j’ai décidé de partir au Sénégal pour 3 mois au sein du Centre Estel qui accueille aujourd’hui près de 34 enfants en situation de handicap mental : autisme, trisomie 21, psychose et déficiences mentales profondes. A l’issue de ces trois mois en tant que chargée administrative et financière, j’ai décidé de poursuivre. J’aime le côté polyvalent de cette mission : je fais de l’administratif, du management de projet, des ressources humaines… C’est bien de faire des choses transversales. On a plus de capacité à promouvoir la tolérance. On porte la vision d’une éducation plus inclusive.

Pourtant, tu n’avais jamais travaillé dans le domaine du handicap auparavant.

Oui mais je n’y étais pas insensible. Au contact de l’équipes d’éducateurs, j’ai d’abord beaucoup observé comment les éducateurs s’y prenaient, j’ai vu la qualité de leur accompagnement, cette attention portée à chacun. Petit à petit on apprend à connaître chaque jeune, leurs besoins, leurs problématiques, la prise en charge spécifique dont ils ont besoin. C’est une expérience très riche qui apprend à être patient, tolérant.

Est-ce que cette expérience a changé ton regard sur le handicap ?

Quand on est en immersion chaque jour dans une structure, on prend conscience de l’exclusion à laquelle font face ces enfants et l’absence de prise en charge qui en découle. Qu’on soit en France ou au Sénégal, le handicap mental est mal accepté par la société. Mais au Sénégal, il y a beaucoup de croyances qui entourent le handicap : on considère que c’est une malédiction. L’exclusion est très marquée et donc il y a un manque criant de structures adaptées. A Dakar, il doit y avoir une dizaine de structures seulement. Les structures publiques n’ont pas assez de moyens. De nombreux enfants en situation de handicap se retrouvent donc isolés sans prise en charge.

En bref, comment décrirais-tu le centre Estel ?

Le Centre Estel offre un espace de socialisation. Les enfants participent à diverses activités : apprentissage de base, alphabétisation et numération, activités artistiques, sports et autres activités ludiques. On s’adapte aux besoins de chaque enfant. Certains parents sont surpris des progrès accomplis. Au-delà de l’apport pour l’enfant, c’est une vision de l’éducation qu’on défend au quotidien, où chacun a sa place.

 

Images d’une activité réalisée en octobre au Centre Estel : Découverte de l’Escalade avec le partenaire « Le mur des Lézards » :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En savoir plus sur notre action en Afrique de l’Ouest

MOTS-CLES :

Suivez-vous sur les réseaux sociaux