Education dans le monde : quels sont les freins

Ils sont encore 263 millions d’enfants et de jeunes à être privés d’éducation dans le monde et les chiffres stagnent. Le dernier rapport mondial de suivi sur l’éducation, l’UNESCO fait un point sur la situation de l’éducation dans le monde et pointe les défis qui restent à relever.

Alphabétisation : toujours 4 adultes sur 10 analphabète en Afrique subsaharienne

Dans le monde, « entre 2000 et 2015, le taux d’alphabétisation des adultes est passé de 81,5 % à 86 %. Il est cependant resté stable à 64 % en Afrique subsaharienne et légèrement inférieur à 60 % dans les pays à faible revenu. » Ces chiffres révèlent de nouveau l’urgence à agir. Ils sont encore plus 100 millions de jeunes ne sachant pas lire. Plus d’1 sur 4 se situe en Afrique subsaharienne et dans les pays à faibles revenus.

Parmi les causes qui touchent particulièrement l’Afrique subsaharienne, le rapport souligne le « décalage permanent entre la langue parlée à la maison et la langue d’enseignement » qui joue un « rôle important dans la lenteur de l’acquisition des compétences alphabétiques ».

 

Enseignement primaire et secondaire : les savoirs fondamentaux non assimilés dans beaucoup de pays

« Dans beaucoup de pays, en particulier à revenus faibles et intermédiaires, de nombreux élèves ne maîtrisent pas les normes d’aptitudes minimales», souligne l’UNESCO. Au Koweït, Nicaragua, et au Tchad, 1/3 des élèves ne disposent pas des bases suffisantes en mathématiques à l’issue de l’enseignement primaire. Au Congo, Togo et au Cameroun, ils sont plus de la moitié à ne pas savoir lire correctement à la fin de l’école primaire.

 

Petite enfance : un enseignement préscolaire trop rare

« A peine un tiers des pays dans le monde prévoient dans leur législation au moins une année gratuite d’enseignement préscolaire », ce qui a un impact majeur sur les années scolaires suivantes.

 

L’inégal accès à l’enseignement technique, professionnel et supérieur

Les inégalités se creusent quand on parle d’enseignement technique, supérieur puisque «dans les pays à revenus faibles et intermédiaires, les plus pauvres ont très peu de possibilités d’accès à l’enseignement supérieur. »

 

Des compétences nécessaires au travail non maîtrisées

Dans beaucoup de pays, les jeunes n’acquièrent pas les compétences nécessaires au travail. Par exemple, les tâches informatiques les plus élémentaires ne sont pas maîtrisées. « Par exemple, au Soudan et au Zimbabwe, seulement 4 % des adultes savent copier/coller des fichiers », un réel frein pour de jeunes adultes à la recherche d’un emploi.

 

Dans son rapport, l’UNESCO rappelle que les Etats signataires de la convention internationale en matière d’éducation sont garants de ce droit fondamental et doivent rendre compte des actions qu’ils conduisent.

 

« S’il y a eu certes des progrès importants depuis 2000, encore bien du chemin reste à faire, souligne Roland Biache, le délégué général de Solidarité Laïque  Comment imaginer se développer en tant que personne ou en tant que pays si l’accès à une éducation de qualité dès le plus jeune âge est réservé aux plus chanceux ? La formation des enseignants, la reconnaissance de leur travail par un salaire correct et l’accès à des droits sociaux, les effectifs dans les classes et la capacité de tous les militant de l’école publique à travailler ensemble restent notre combat quotidien, aux côtés de nos partenaires locaux. »

 

Retrouvez l’intégralité du rapport de suivi mondial pour l’éducation

MOTS-CLES :

Suivez-vous sur les réseaux sociaux