CAC40 : comment la France nourrit la spirale des inégalités

De 2009 à 2016, les entreprises du CAC40 ont redistribué 67,4% de leurs bénéfices en dividendes aux actionnaires et seulement 5,4% aux salariés. Voici le constat dressé par le récent rapport publié par l’ONG Oxfam. Des chiffres qui interrogent sur la capacité de la France et de ses entreprises à répartir équitablement les richesses.

C’est un nouveau pavé dans la marre que lance l’ONG Oxfam qui en 2017 constatait que 82% des richesses créées dans le monde avaient bénéficié aux 1% les plus riches. Le rapport se concentre cette fois-ci sur les bénéfices des actionnaires. Et les conclusions du rapport sont acerbes : les dividendes des actionnaires explosent, les écarts entre les rémunérations au sein des entreprises se creusent et l’évasion fiscale devient systématique.

Au pays du règne des actionnaires

« Les actionnaires sont les premiers servis quel que soit le résultat de l’entreprise », constate Oxfam. Sur 100 euros de bénéfices, les entreprises du CAC40, ont en moyenne reversé 67,4 euros en dividendes aux actionnaires et ont réinvesti 27,3 euros. Que reste-t-il pour les salariés ? 5,3 euros : une maigre consolation pour celles et ceux dont le travail génère de la richesse. « La primauté croissante des dividendes et des intérêts de court terme est de plus en plus questionnée, y compris par les acteurs financiers et les fonds d’investissement. »

D’autre part, l’ONG le souligne : échapper à l’impôt devient un pilier essentiel de la stratégie de maximisation des profits. «  Les stratégies d’évasion fiscale ont pris une importance croissante. »

La France a-t-elle la volonté de mieux répartir les richesses ?

Parce que les entreprises jouent « un rôle majeur dans l’accroissement des inégalités et de la pauvreté », la France doit imposer des règles contraignantes aux entreprises et aux contribuables :

  • Partager plus équitablement les bénéfices entre les actionnaires et les salariés ;
  • Limiter les écarts de salaire au sein des entreprises ;
  • Réformer la gouvernance des entreprises de manière à rééquilibrer les prises de décision en faveur des salariés et de l’intérêt général ;
  • Mettre un terme à l’évasion fiscale des multinationales.

Retrouvez l’intégralité du rapport « CAC40, des profits sans partage » réalisé par Oxfam

MOTS-CLES :

Suivez-vous sur les réseaux sociaux