Faisons le choix d’une société plus juste pour bâtir une paix riche de nos diversités

Théâtre Dejazet 17 nov 14
A l'approche des élections, plus que jamais, mobilisons-nous pour défendre les valeurs de solidarité que nous portons et identifions les chantiers sociétaux fondamentaux.

Dans un climat de tensions liées tant à l’actualité internationale que nationale, notre société devra une fois de plus faire un choix.

Le repli sur soi est-il en train de remporter la victoire ? Nous refusons de le croire.
Militants, bénévoles et sympathisants agissent au quotidien pour mettre en oeuvre cette solidarité : permettre l’accès à l’éducation de tous les enfants, accueillir les migrants, militer contre le racisme par l’éducation… Car les chantiers restent colossaux pour parvenir à une éducation universelle et à une solidarité effective.

La mobilisation de tous est désormais nécessaire pour défendre ces valeurs face à des remises en cause quotidiennes.

Laïcité, répartition équitable des richesses, politique de l’accueil, société inclusive, école publique et solidarité internationale. Retour sur le socle de principes qui doit soutenir une société solidaire et laïque.

 

Pour une laïcité qui unit au lieu de diviser

 

A ceux qui font de la laïcité un instrument d’exclusion à l’égard de certaines religions en particulier, nous voulons rappeler ses fondements mêmes contenus dans la loi de 1905 : être laïque, c’est reconnaître que l’Etat garantit en même temps la liberté de conscience – croyant ou non croyant – et le libre exercice des cultes. La laïcité est la base sociale de l’existence de toutes les convictions, de la liberté de chacun et de vivre-ensemble : elle permet d’unir autour de sujets d’intérêt général qui méritent la mobilisation de tous.

 

Pour une société non-discriminante et fraternelle

 

  • Pour lutter contre les inégalités qui s’aggravent

Aujourd’hui, ce sont des dizaines de milliards d’euros qui s’évanouissent dans les paradis fiscaux. Nous appelons les futurs élus à véritablement lutter contre la fraude et l’évasion fiscale car il s’agit d’une perte pour tous les services publics et pour toutes ses missions d’intérêt général qui sont portées en France comme à l’international.

  • Pour une politique de l’accueil

Le traitement réservé aux migrants qui arrivent en France nous déshonore et ne respecte pas les droits de l’Homme et les obligations légales relatives aux réfugiés. Nous devons accueillir et garantir des conditions de vie décente aux personnes qui fuient leur pays en raison des guerres, de la situation économique, du changement climatique.

  • Pour la parité et une société plus inclusive

Alors que les discriminations entre hommes et femmes persistent, la sensibilisation aux droits des femmes et des filles et à la promotion de l’égalité en général doivent être mise au cœur de l’action éducative. L’inclusion des enfants et des adultes en situation de handicap  (emploi, loisirs, éducation) doit faire l’objet d’un égard permanent des autorités politiques.

 

Pour l’accès de toutes et tous à une éducation de qualité et le respect des droits de l’enfant

 

  • Pour une éducation publique, laïque et gratuite pour tous

Chacun, en métropole comme en Outre-mer, doit avoir accès à une éducation publique, laïque, gratuite et de qualité. Afin de garantir ce droit pour tous et la mixité sociale, elle doit offrir un service public de qualité et de proximité pour tous, encourager et soutenir les structures d’éducation populaire et mettre tout en œuvre pour lutter contre toutes les formes de marchandisation de l’éducation. Elle doit permettre, comme les engagements internationaux le prévoient, aux enfants migrants, aux mineurs isolés, en métropole et en Outre mer d’accéder à une éducation de qualité.

 

  • Pour une éducation à la citoyenneté

La promotion de la citoyenneté, de la paix, de la lutte contre les préjugés et les discriminations, des droits de l’enfant doivent être placées au cœur de l’action politique. Des citoyens informés, formés, seront plus à même de participer à la vie de leur cité de la société. L’Etat doit mettre en place des actions pour promouvoir la participation des enfants et des jeunes afin de faire respecter leurs droits à être entendus sur toutes questions les concernant. Il doit encourager toutes les formes de participation citoyenne tout en s’appuyant sur les valeurs et l’expérience de l’éducation populaire.

 

Pour une solidarité internationale déterminée à lutter contre les inégalités

 

  • Pour porter les générations futures

La France doit être en mesure de réviser ses modèles de production, de consommation et de transport afin de lutter contre les inégalités, de réduire la pauvreté, de lutter contre le changement climatique et de préserver les ressources de la planète pour les générations futures. Le cadre partenarial et universel des objectifs du développement durable permet ce changement de paradigme et doit désormais être mis en œuvre.

  • Pour mobiliser les moyens financiers au moins à la hauteur des engagements pris

Nous demandons aux futurs élus qu’ils mettent en place des règles économiques et financières, locales et internationales au service du développement durable et des populations les plus vulnérables. Solidarité Laïque, membre de Coordination Sud invite l’Etat français à consacrer 0,7% de sa richesse nationale au développement et à la solidarité internationale d’ici 2022. Il faut replacer la politique de solidarité internationale sous le prisme des droits. L’aide publique au développement ne doit en aucun cas être conditionnée par des objectifs sécuritaires, au contrôle des flux migratoires comme certains candidats le préconisent ni à des intérêts économiques. Elle doit prioritairement viser à lutter contre les inégalités.

  • Pour placer l’éducation au cœur de la politique de développement

Chef de file de la Coalition Education, Solidarité Laïque appelle à faire de l’éducation une priorité pour la France et donc un axe majeur de sa politique de développement en allouant 10% de l’aide au développement français à l’éducation de base dans les pays les plus pauvres et à soutenir davantage le financement du Partenariat mondial pour l’éducation et du fonds l’Education ne peut attendre, afin de répondre aux besoins urgents des populations.

 

Investir dans l’éducation, c’est la clé pour construire un monde de paix et lutter contre les inégalités durables !

 

 

Illustration : Théâtre Dejazet le 17 novembre 2014

 

Suivez-vous sur les réseaux sociaux