« Soyons actifs, soyons actives »

En 2011, avec le printemps arabe, la Tunisie a engagé une période de transition profonde, à la fois démocratique et politique qui constitue un laboratoire de la transition démocratique dans le monde arabe. La société civile et les organisations qui la représentent constituent des acteurs clés de cette transition pour la défense des libertés fondamentales, le dialogue civil, la participation citoyenne et les droits économiques et sociaux.

 

Réduction des inégalités et accès aux droits

C’est dans ce contexte que Solidarité Laïque coordonne depuis 2012 un programme  appelé  «  Soyons  actifs/actives » qui mobilise 23 organisations tunisiennes et 23 organisations françaises, dont 8 organisations membres de Solidarité Laïque. Ce programme lutte pour  un  enjeu  majeur  de  la réussite de la transition démocratique en Tunisie : la réduction des inégalités et l’accès aux droits.

Une première phase a été mise en œuvre entre 2012 et 2014 afin d’identifier les réalités des inégalités dans les territoires tunisiens. Des diagnostics citoyens ont permis de pointer plusieurs thèmes-clés en matière d’insertion : école rurale, animation socioculturelle, vivre ensemble à l’école, droits de l’enfant, éducation à l’environnement (la question du phosphate), insertion citoyenne au travers de l’école, insertion professionnelle des jeunes diplômés  chômeurs,  droits  des femmes en milieu rural.

Cette première phase aura  également permis de réaliser un diagnostic de la société civile tunisienne durant une période où celle-ci s’est énormément mobilisée pour consolider les acquis de la révolution. Ce diagnostic a mis en avant la pertinence de poursuivre le travail en réseau.

En 2015, le  programme Soyons actifs/actives a engagé une concertation pluri-acteurs (associations, syndicats, collectivités territoriales, pouvoirs publics) entre la Tunisie et la France pour bâtir un projet politique d’ici 2015 pour réduire les inégalités d’accès aux droits.

Celui-ci a choisi de s’attaquer à sept défis majeurs  sur les dix prochaines années. Trois d’entre eux concernent l’éducation :

  • l’égalité d’accès aux droits à l’éducation pour les personnes vulnérables
  • le renforcement des associations d’éducation populaire pour favoriser les liens entre l’éducation dans l’école et hors école
  • les modèles éducatifs et d’enseignement pour qu’ils intègrent  davantage les questions de  citoyenneté, de lutte contre les discriminations, des droits de l’Homme et de l’écologie.

Trois autres concernent les questions d’insertion socioprofessionnelle par l’économie sociale et solidaire :

  • l’amélioration de la qualification et du pouvoir d’agir et de choisir des populations pour consolider /construire leur avenir professionnel
  • la promotion de l’emploi décent et durable en adéquation avec les besoins diversifiés des populations et des territoires
  • l’élaboration d’une loi sur l’ESS et à son application effective dans les politiques publiques

 

Enfin, le dernier défi concerne l’évolution de la place de la société civile tunisienne, mais aussi française dans son dialogue avec le secteur public et privé afin que les politiques de développement soit pensées, mises en œuvre et évaluée  au plus près des citoyens.

Ce programme est soutenu par l’Agence française de développement et les donateurs de Solidarité Laïque.

 

Retrouvez les infos du programme Soyons Actifs/Actives sur Facebook et Twitter !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux