“ En Colombie, les défenseurs des droits et leaders sociaux sont en danger ”

Depuis la signature des accords de paix en 2016, 167 défenseurs des droits humains et leaders sociaux ont été assassinés en Colombie. Retour sur un processus de paix embourbé avec Leandro Carignano, responsable Caraïbes Amérique Latine.

Depuis la signature des accords de paix en 2016, la situation ne semble pas s’arranger en Colombie. Que se passe-t-il ?

Les accords de paix ont été un pas historique pour la Colombie, ils ont mis fin à plus de 50 ans d’affrontements. Malgré cela, la paix n’est pas encore acquise. Suite à la démobilisation des FARC, l’Etat n’a pas su investir les territoires qu’ils contrôlaient. Des groupes de narcotrafiquants, des organisations paramilitaires et des bandes criminelles sont venus occuper ces régions. La violence continue et la population locale  est très exposée. Dans certains endroits, ces groupes néoparamilitaires cherchent à exploiter des ressources naturelles et à extorquer la population. Les leaders sociaux et défenseurs des droits qui s’opposent à eux deviennent alors des cibles privilégiées.

 

Pour quoi se battent ces défenseurs des droits ?

Il s’agit de femmes et d’hommes engagés et militants. Ils se battent pour défendre les droits humains, l’environnement, l’accès à la terre…. Ce sont des opposants à des mégaprojets économiques, des personnes déjà victimes du conflit armé qui se mobilisent en faveur de la paix. Depuis la signature des accords de paix, 167 d’entre eux ont été assassinés, dont quatre pendant le Forum des ONG colombiennes et françaises en octobre, qui a duré trois jours. Parmi eux, José Jair Cortès se battait pour le droit des paysans et des indigènes et Liliana Astrid Ramirez enseignait en zone rurale. Nous l’avons appris pendant le forum. Alors que nous débattions sur la construction de la paix en Colombie, des défenseurs des droits étaient assassinés sur le terrain. Un coup dur pour tous les acteurs de société civile impliqués en Colombie qui plaçaient d’importants espoirs dans ce processus de paix.

 

Comment agir pour la paix en Colombie ?

La paix, c’est un travail de long terme, qui doit unir tous les acteurs de la société civile, les citoyens, la population locale. En lien avec le projet « Tod@s juntos por la paz » (Tous unis pour la paix), qui unit 14 organisations colombiennes et 13 organisations du Réseau France Colombie Solidarités, nous agissons sur plusieurs plans.  Depuis plus de 10 ans, nous travaillons avec notre partenaire, la Fondation Enfance 2/32, qui met en place des actions d’éducation à la paix et de reconstitution d’une mémoire collective nécessaire à la réconciliation.  Tant que la vérité ne fait pas surface, il n’y aura pas d’entente.  Ensuite, nous menons un plaidoyer pour faire en sorte que les Etats fassent pression sur le gouvernement colombien pour mettre en œuvre les accords de paix et protéger les défenseurs des droits. En parallèle, nous agissons sur le terrain : nous soutenons des initiatives des organisations locales pour la défense des territoires, la lutte contre la violence et la construction d’une culture de paix.

 

 

Retrouvez le communiqué du Réseau France Colombie Solidarité

MOTS-CLES :

Suivez-vous sur les réseaux sociaux