« A Dakar, nous nous préparons à une nouvelle vague d’enfants en rupture dans les rues »

A Dakar, dans le cadre des mesures sanitaires liées au Covid 19, le gouvernement vient d’imposer la fermeture temporaire de 20 000 daaras, et la fermeture définitive des daaras les plus précaires. Une partie de ces écoles coraniques contraignent des enfants à la mendicité dès 5 ans. Demain, les enfants talibés les plus vulnérables risquent de se retrouver à la rue, le ventre vide et à la merci de prédateurs encore plus violents. Interview de Loïc Tréguy, directeur éxécutif du centre Estel et de l’Association Village Pilote.

Que va-t-il se passer pour les enfants talibés quand les daaras auront fermé ? 

Nous craignons de nouvelles hordes d’enfants qui vont de se retrouver à la rue, sans aucune protection, sans abri non plus, même si les lieux où ils  étaient hébergés sont pour la plupart parfaitement insalubres. Il faut savoir qu’un enfant talibé a entre 5 et 12 ans en moyenne, qu’il est entièrement sous la responsabilité de son marabout et n’est pas du tout préparé à affronter la violence de rue. Des prédateurs, « les goulouman » en wolof, souvent des anciens enfants talibés, vont les exploiter pour leur trafic de drogue ou de prostitution. De plus, le secteur informel qui représente 90 % de l’activité économique de Dakar est mis à genoux avec les réglementations de l’État d’urgence. Ces enfants n’auront aucun espoir de pouvoir trouver de quoi se nourrir car chacun survit, a peur, est réfugié chez lui. Ils risquent tout bonnement de mourir de faim. 

 

Vous aménagez actuellement le centre Estel qui a été contraint de fermer comme tous les autres centres éducatifs. Vous pensez y accueillir des enfants talibés. Comment allez-vous faire ?  

Nous avons déjà mis en place un accueil au centre du Village Pilote du Lac Rose, pour une centaine d’enfants. Nous allons faire de même au centre Estel d’ici quelques jours. Le centre dispose déjà de sanitaires, une cuisine, des aires de jeux et nous allons transformer les salles de classe en dortoirs. Le projet est de confiner 100 à 150  enfants pendant 15 jours, de soigner leurs autres maux, souvent nombreux (gale, tuberculose…), pendant un à deux mois puis de les ramener dans leur famille dont ils sont séparés depuis parfois des années. Cela demandera du temps, car les familles sont dispersées dans tout le Sénégal et parfois jusqu’en Guinée Bissau. 

 

Les animateurs qui font ce travail sont-ils formés à cette situation ?   

Le Covid 19 accélère tout et renforce encore les inégalités, comme en France sans doute. Je travaille avec une soixantaine d’animateurs qui sont rodés au travail social de rue. Néanmoins la situation avec le Covid 19 ne facilite pas nos interventions. Nous sommes équipés maintenant en masques, en gants et essayons de respecter les distances sanitaires. Ce n’est pas toujours facile. Mais il est essentiel de secourir ces enfants qui ont déjà été privés de leur enfance et qui risquent de vivre une situation encore plus dramatique.  

 

Illustration : Marcus Onalundula

MOTS-CLES :

Suivez-vous sur les réseaux sociaux