7 ans après le séisme en Haïti, Solidarité Laïque dresse le bilan

Certains bâtiments restent encore en ruine, c’est le constat amer que dressent les associations sur place. 7 ans après le séisme, les besoins, notamment dans le secteur éducatif, demeurent immenses, malgré les efforts acharnés de la société civile haïtienne.

Pour que l’éducation reste une priorité quelles que soient les urgences, Solidarité Laïque soutient la mobilisation des organisations de la société civile qui se battent pour une éducation de qualité pour tous, une action qui s’inscrit dans la durée.

 

Fédérer les organisations du secteur éducatif

 

L’action de Solidarité Laïque et de ses membres remonte à 1995 et vise à appuyer l’action et le plaidoyer des syndicats d’enseignants, associations de parents d’élèves, mouvements de jeunesse et centres éducatifs où nous parrainons des enfants.

Suite au séisme, le programme mené par Solidarité Laïque a permis de générer une dynamique collective, d’offrir un espace de réflexion qui a abouti à la création d’une vision commune de ce que doit être l’éducation en Haïti.

 

Les actions mises en place

 

Inclure l’ensemble des acteurs investis dans le secteur éducatif en Haïti, promouvoir le dialogue entre la société civile et les pouvoirs publics sont des prérequis à toute politique de reconstruction et d’amélioration de la qualité de l’éducation sur le long terme.

Au cours des sept dernières années, Solidarité Laïque, ses membres et ses partenaires ont eu des résultats probants :

  • Un guide syndical a été rédigé par les organisations syndicales à destination des professionnels de l’éducation pour comprendre leurs droits et mieux se défendre.
  • Des centaines de professionnels de l’éducation ont suivi des formations.
  • Le gouvernement en Haïti s’est engagé à limiter l’avancée du privé à but lucratif dans le secteur de l’éducation.
  • Des ateliers sur le dialogue social ont été mises en place avec la production et la distribution sur l’ensemble du territoire de documents de plaidoyer pour l’amélioration de l’éducation et l’accès aux droits des enseignants.
  • Des jumelages pédagogiques entre structures éducatives haïtiennes et françaises ont été mis en place. Des projets solidaires ont pu voir le jour : la création d’une bibliothèque dans une école municipale de Port au Prince, la construction de centres de loisirs et de soins, la plantation d’arbres fruitiers au sein d’une ferme école…

Malgré une population haïtienne résiliente,  l’instabilité politique et les catastrophes naturelles qui se succèdent renforcent le besoin d’avoir une société civile stable, légitime et renforcée.

 

MOTS-CLES :

Suivez-vous sur les réseaux sociaux