« Chaque enfant qu’on enseigne est un homme qu’on gagne »

En Colombie, la Fondation Enfance 2/32 accompagne 200 enfants au quotidien. Grâce à la solidarité de centaines de donateurs, Solidarité Laïque soutient ce centre éducatif qui forme de futurs citoyens bâtisseurs de paix.

« L’éducation, ce sont des savoirs de base mais pas seulement. Pour former un homme ou une femme, il faut proposer aux enfants d’expérimenter des principes tels que la solidarité et la citoyenneté quelles que soient les origines sociales, religieuses ou les handicaps », explique Jesus Calle, fondateur de la Fondation Enfance 2/32.

 

Ce programme, la Fondation le met en œuvre depuis 14 ans. Au départ, ce sont trois  enfants des rues qui ont été mis à l’abri des violences dans ce havre de paix. Ils sont aujourd’hui plus de 200 à venir chaque jour bénéficier du soutien scolaire, participer à des activités créatives ou construire ensemble des projets citoyens. « Notre objectif est clair : reconstruire la société avec des personnes de valeur et bâtir la paix», poursuit Jesus Calle. Un enjeu de taille à l’heure où le gouvernement colombien travaille à un processus de négociation avec les groupes armés pour mettre fin à 60 ans de conflit.

 

 

A l’abri des manques, s’ouvrir au monde !

Partenaire de Solidarité Laïque depuis ses débuts, la Fondation intensifie son action chaque année. Un de ses relais en France est l’association Enfance 2/32 qui fédère des militants mobilisés pour  collecter des fonds. Outre le suivi médical et scolaire, l’apport d’une collation  avant l’école et d’un repas complet, l’équipe de bénévoles propose des activités artistiques aux enfants en situation de handicap, des ateliers de réflexion sur les droits et des jeux coopératifs.  « Les garçons et les filles qui sont aujourd’hui à la Fondation n’ont jamais connu la paix. Les mettre à l’abri des manques physiques et affectifs et tracer ensemble un chemin où, tous différents, ils pourront se regarder dans les yeux et finalement s’étonner de se trouver si semblables, c’est cela que nous soutenons », souligne François Mercier. Rendre aux enfants leur esprit exempt de haines et leur faire expérimenter la fraternité et l’envie de construire un monde meilleur… Oui, trois fois oui, le projet vaut la peine !

 

Suivez-vous sur les réseaux sociaux