Un livre à mon nom

L'éditeur la Fée des mots et Solidarité Laïque ont édité des livres personnalisés pour des enfants en difficulté sociale. Une belle surprise qu'ils ont eu le plaisir de découvrir à Lille lors des 30 ans de la Convention internationale des droits de l'enfant.

« Ce livre-là, il est trop bien ! » Quand Jeanne, 9 ans, a fait cette déclaration, elle venait d’arriver au bout de son Himalaya : un livre de 100 pages qu’elle n’aurait jamais imaginé terminer. Et pourtant, c’est sans s’en rendre compte que Jeanne s’est laissé emporter par ce livre adapté du roman de Rudyard Kipling, une fabuleuse histoire d’initiation qui raconte « comment grandir avec les autres » et qui lui a été remis le 20 novembre dernier à Lille. « Il lui a fallu trois jours seulement pour terminer le livre ! Elle ne décrochait pas, s’étonne Bertrand, son éducateur, qui l’accompagne dans un foyer MECS (maison éducative à caractère social). C’est presque magique ! »

« L’accès à la culture est un combat social »

« Réconcilier les enfants avec la lecture, y compris ceux qui sont en difficulté et renforcer leur confiance en eux », tel était le pari de Christian Darré, quand il a lancé sa maison d’édition La fée des mots avec sa compagne orthophoniste. « Nous avons fait le choix de la lecture-plaisir, explique-t-il. L’histoire, la typographie, la syntaxe, le vocabulaire, la longueur des chapitres, le rythme… tout est pensé pour faciliter la compréhension et pour que la lecture devienne agréable ». Mais c’est dans la personnalisation du livre que réside la trouvaille : « chaque livre est fabriqué en un exemplaire unique avec le nom et le prénom de l’enfant dans le corps du texte. Chaque enfant devient, pour de vrai, le héros de son roman. » Le concept est présenté en 2006 au corps médical des hôpitaux Robert Debré et Necker, et fait même l’objet d’un article dans la revue médicale « Médecine et Enfance ».

Erik Orsenna conquis par le projet

Il n’en fallait pas plus pour embarquer l’académicien Erik Orsenna dans cette aventure qui accepte d’en devenir le parrain. « Tout livre est une maison, une maison qui protège sous son toit et derrière ses murs. Mais une maison avec une porte et des fenêtres pour s’ouvrir au monde », écrit-il dans la préface.

C’est à l’occasion des 30 ans de la Convention internationale des droits de l’enfant que Yasmine Sadji, directrice opérationnelle France à Solidarité Laïque, lance la première opération dans le département du Nord avec l’appui de l’association Vacances du Cœur. Plusieurs partenaires, dont des organisations membres de Solidarité Laïque (les Francas de Lille, les EEDF de Loon Plage, des établissements gérés par l’Alefpa…) qui travaillent au contact d’enfants en difficulté, rejoignent le projet. « Une quinzaine d’enseignants, animateurs, éducateurs spécialisés ont été formés à l’exploitation pédagogique du livre, notamment sur les contenus liés aux droits de l’enfant. « Nous voulions mêler les publics, les origines sociales et territoriales pour célébrer ensemble  les droits de l’enfant, et remettre officiellement ce personnalisé à chaque enfant. » 400 enfants en ont bénéficié.

« La magie a opéré »

Et à écouter les éducateurs, il semble que la magie ait opéré. « Tout le monde s’est précipité sur son livre, s’étonne Alexandre Drewniak, responsable éducatif du service de placement familial spécialisé à l’association le Gîte. On aurait entendu une mouche voler ! ». Pour Marion Nattier, monitrice-éducatrice dans un foyer à caractère social (MECS), ce que ce projet rend possible c’est la  « concentration, le plaisir de la lecture, le retour à soi, l’ouverture sur des espaces imaginaires, une vision positive de soi, un soi reconnu parce que nommé, un soi capable de surmonter les obstacles qui surgissent à chaque page du récit … C’est une très belle expérience pour ces enfants placés car ils ont vraiment besoin de retrouver confiance en eux ! » Le 12 février prochain 600 enfants de Marseille accompagnés par la Ligue de l’enseignement 13 et sa région recevront eux aussi leur livre à leur nom.

 

Pour Solidarité Laïque, l’accès à l’éducation est indissociable de l’accès à la culture. En France comme à l’international, Solidarité Laïque et ses organisations membres développent des projets qui favorisent l’émancipation individuelle et la capacité à mieux vivre ensemble.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux