“La qualité de l’éducation est inséparable de l’équité”

Mamadou N’Doye, ancien Ministre de l’éducation au Sénégal, rappelle les enjeux d’une éducation pour toutes et tous de qualité. L’occasion de rappeler les enjeux du programme Prodere-AO qui entame sa 3è phase

 

« La qualité de l’éducation ne se limite pas à des facteurs matériels »

Si, depuis le Forum de Dakar, des progrès majeurs ont été réalisés en matière d’accès à l’éducation, trop d’enfants sont encore sont tenus à l’écart de l’école ou, faute de conditions correctes de scolarisation, en sortent sans maîtriser les apprentissages de base. “Aux facteurs externes à l’école ( pauvreté qui oblige les enfants à quitter précocement l’école, éloignement géographique, exclusion des filles), s’ajoutent des conditions matérielles souvent précaires et une formation du personnel éducatif parfois insuffisante“, explique ainsi Mamadou N’Doye.

La qualité de l’éducation ? Elle passe donc par “l’équité et des apprentissages solides qui permettent de faire face à la vie quotidienne et de développer sa conscience citoyenne”. En ce sens, la formation des enseignants et la sensibilisation des parents à l’importance de la scolarisation sont déterminantes.

Il est illusoire de penser qu’il suffit de jouer sur un seul levier pour améliorer les conditions d’apprentissage. Avec nos partenaires, nous privilégions à chaque fois que c’est possible une approche pluri-acteurs qui implique les enseignants, leurs formateurs, mais aussi les parents d’élèves, les acteurs de la protection sociale et bien sûr les pouvoirs publics. Cette méthodologie dont nous avons mesuré les résultats est un gage de complémentarité, d’efficacité et de pérennité“, conclut en écho Roland Biache, le délégué général de Solidarité Laïque.

 

Solidarité Laïque lance la phase 3 du Prodere AO en Afrique de l’Ouest


Le Programme de Développement des Réseaux pour l’Education en Afrique de l’Ouest(PRODERE-AO) réunit plus de 150 organisations du Bénin, du Burkina Faso, du Mali, du Niger, du Sénégal et de France. C’est dans ce cadre de travail original basé sur la concertation que la dynamique mise en oeuvre depuis plusieurs années se poursuivra pour

  1. renforcer le secteur de la petite enfance, stratégique pour la réussite éducative,
  2. développer l’éducation non-formelle complémentaire de l’école,
  3. améliorer l’éducation de base par la formation des enseignants
  4. favoriser l’insertion des enfants en situation de handicap.

Suivez-vous sur les réseaux sociaux