L’éducation, un espoir pour les enfants migrants

Il avait 14 ans et tentait de rejoindre l’Europe. Il a perdu la vie dans les eaux de la Méditerranée. Cet enfant malien n’avait pas oublié d’emporter son bulletin scolaire… En 2018, parmi les 2275 migrants qui ont perdu la vie en Méditerranée, combien de jeunes rêvaient d’une vie meilleure par l’éducation ?

Les migrants ont de nombreuses raisons de quitter leur pays : conflits, insécurité, inégalités, absence de perspectives… La crise de l’éducation est peu visible mais n’en est pas moins déterminante pour l’avenir des sociétés, le développement économique et l’épanouissement de millions d’enfants et d’adultes. Faut-il le rappeler, dans le monde, encore 262 millions d’enfants sont privés d’éducation, d’après l’UNESCO. Combien sont-ils à chercher un avenir meilleur en Europe au prix de leur vie en espérant accéder à l’école ?

 

La journée internationale de l’éducation

 

En novembre dernier, l’Assemblée générale des Nations Unies désignait le 24 janvier journée internationale de l’éducation. Car, il y a urgence : en 2019, la crise de l’éducation tue et, si rien n’est fait pour lutter contre les inégalités, en 2030 ce seront encore 167 millions d’enfants qui vivront en situation de pauvreté. Le manque de perspectives pousse chaque année des milliers de jeunes à risquer leur vie dans l’espoir d’une vie meilleure.

 

Les enfants migrants trop souvent exclus du système éducatif

 

Pour tout ceux qui auront réussi le passage vers l’Europe au péril de leur vie, accéder à l’éducation relève encore du parcours du combattant. Centres de détention, discriminations à l’accès, l’UNESCO pointait en novembre dernier le manque d’accès à une éducation de qualité. “ La moitié des personnes déplacées de force dans le monde ont moins de 18 ans. Pourtant, dans de nombreux pays ils sont exclus du système éducatif national. “ Beaucoup d’Etats tels que la France mettent sur pied des systèmes éducatifs parallèles et maintiennent les enfants exclus du système éducatif. Pourtant, le droit à l’éducation est garanti par la Convention Internationale des droits de l’enfant.

 

Combien faudra-t-il de morts pour que les Etats réagissent ?  Les élections européennes approchent, profitons en pour réaffirmer notre devoir d’accueillir ceux qui sont chassés par la misère.

 

MOTS-CLES :

Suivez-vous sur les réseaux sociaux