Les progrès de l’éducation des filles aujourd’hui menacés par la Covid-19

Depuis 1995, 180 millions de filles de plus se sont inscrites dans l’enseignement primaire et secondaire. Cependant, malgré une augmentation à tous les niveaux de l’éducation, les filles sont toujours plus susceptibles d’être exclues que les garçons et cette exclusion est accrue en raison de la pandémie actuelle. C’est ce que montre un rapport de l’UNESCO publié à l’occasion de la Journée Internationale de la fille.

A l’occasion de la journée internationale de la fille, le rapport appelle les gouvernements à s’attaquer à ces discriminations persistantes pour parvenir à l’égalité pour la prochaine génération de filles.

« Nous savons tous que l’éducation est la pierre angulaire de l’égalité – et l’éducation des filles et des femmes est la première étape vers un monde plus égalitaire entre les genres. Bien que nous nous réjouissions des progrès réalisés en matière d’éducation des filles et des femmes grâce aux efforts continus de la communauté internationale, cette publication montre également que nous manquons encore à nos engagements envers les plus défavorisées : les trois quarts des enfants en âge d’aller à l’école primaire qui ne mettront peut-être jamais les pieds à l’école sont des filles », a déclaré Audrey Azoulay, directrice générale de l’UNESCO. « En ce moment critique, alors que la Covid-19 exacerbe les inégalités entre les genres, nous devons renouveler notre engagement en faveur de l’éducation des filles et des femmes. Les progrès dans ce domaine se répercutent sur plusieurs générations – et il en est de même pour les reculs engendrés. »

 

Plus de 11 millions de filles pourraient ne pas retourner à l’école après la crise de la COVID-19

 

Retrouvez le Rapport mondial de suivi sur l’éducation (GEM) intitulé « Une nouvelle génération : 25 ans d’efforts pour atteindre l’égalité des genres dans l’éducation ».

 

 

 

Suivez-nous sur les réseaux sociaux