Quand l’école rurale lutte contre les inégalités

Les mouvements populaires qui ont conduit à la chute du régime Ben Ali en janvier 2011 portaient un message d’ouverture démocratique. Mais ils mettaient aussi en évidence les inégalités régionales entre régions développées de la côte et territoires ruraux de l’intérieur, oubliés par les services publics, particulièrement le système éducatif.

 

 

 

 

A Kasserine, miser sur l’école rurale

Dans la région de Kasserine, l’une des plus pauvres du pays, et dans le cadre du programme Soyons actifs, soyons actives, Solidarité Laïque a donc choisi de soutenir un groupe d’associations mobilisées pour améliorer la situation des écoles rurales de la région. “Celles-ci considèrent qu’il n’existe pas de fatalité et qu’une éducation de qualité pour toutes et tous est le meilleur moyen de semer les graines d’une démocratie durable en Tunisie“, souligne Guilhem Arnal, responsable Tunisie à Solidarité Laïque

Le dialogue citoyen comme fondement d’une démocratie durable

Au quotidien, Solidarité Laïque apporte son expertise pour favoriser le dialogue citoyen entre les principaux acteurs de l’école : élèves, enseignants, parents et jeunes diplômés de l’école tunisienne, qui se trouvent aujourd’hui au chômage. “Ensemble et fédérées autour d’un même objectif, ces organisations de la société civile sont en effet les plus à même de poser leur diagnostic, d’expérimenter des solutions pour ensuite les élargir à un territoire plus vaste“, poursuit Guilhem Arnal. En parallèle de ce dialogue pluri-acteurs, l’association, avec l’ensemble de ses partenaires, forme et valorise le travail des éducateurs, organise des activités de loisirs éducatifs pour les élèves et rapproche les parents de la vie de l’école. Une façon très concrète de réduire les inégalités d’accès aux droits, à la culture et à l’éducation. Et donc de contribuer à renforcer la démocratie.

Suivez-vous sur les réseaux sociaux