République Démocratique du Congo, le géant aux pieds d’argiles

Cette année, la Rentrée Solidaire met le cap sur la République Démocratique du Congo. Petit zoom sur les richesses et les défis de ce pays.

Une centaine d’ethnies, plus de 200 langues, des climats variés, équatorial, tropical, austral, des étendues de savane arborée, de hautes montagnes, des volcans bordant la vallée du rift, des lacs enchanteurs… La République démocratique du Congo (RDC) est un émerveillement pour le visiteur. Pour autant, ce pays au potentiel immense est le septième pays le plus pauvre au monde.
Ses richesses sont innombrables, à commencer par celles du sous-sol : la RDC possède 80% des ressources mondiales de coltan, ce minerai indispensable pour que fonctionnent smartphones et tablettes numériques, la moitié des réserves mondiales de cobalt, 10% des réserves de cuivre, 25 % des réserves de diamants mais aussi du pétrole, de l’argent, du plomb, de l’uranium, du tungstène, du manganèse, du zinc, de l’étain, du cadmium …. Faune et flore y sont aussi exceptionnelles, faisant de la RDC un des plus grands bassins de biodiversité du monde. Ses 155 millions d’hectares de forêt (plus de la moitié du territoire congolais) constituent une réserve essentielle pour la séquestration des gaz à effet de serre à l’échelle mondiale : la forêt congolaise est le quatrième plus grand réservoir de carbone forestier au monde. Par dizaines de millions, les Congolais dépendent de cette forêt pour leur alimentation, leurs plantes médicinales ou leur approvisionnement en énergie.

 

Une reprise difficile après 20 ans de guerre

Cependant, en RDC, on ne vit en moyenne que 48 ans. Les épidémies de choléra et le paludisme sévissent de façon impitoyable, le virus Ebola n’a toujours pas été éradiqué et la très grande majorité des 80 millions de Congolais vit dans une grande pauvreté et des conditions sanitaires terribles. Le régime, affaibli par 20 ans de guerre, la mainmise des pays voisins et des multinationales sur les ressources minières, une crise financière mondiale, la crise politique de 2016, la corruption et l’action des groupes armés, peine à mettre en place des conditions propices à la reprise économique.
Ces conditions freinent le déploiement d’un service public qui assure à ses concitoyens dignité, travail décent et services sociaux. Il en va de même de l’éducation.

 

Eduquer : une priorité

L’éducation représente un enjeu majeur dans ce pays où 65,5 % de la population a moins de 24 ans. Élu en 2018, le nouveau Président a fait de l’éducation la grande priorité nationale, répondant en ceci à une attente forte de ses citoyens, désireux de se former et de s’éduquer. Mais le système éducatif actuel reste sous-doté et pâtit des difficultés économiques du pays. L’offre privée de piètre qualité qui se développe représente un coût souvent faramineux pour les familles et creuse un peu plus les inégalités sociales. La récente alternance politique pourra-t-elle offrir aux Congolais la possibilité de profiter de l’ensemble des ressources du pays, que ce soit sur le plan éducatif, sanitaire ou professionnel ? C’est l’espoir que nourrit aujourd’hui cette population pleine de dynamisme. Appuyer cette priorité est un des enjeux de cette Rentrée Solidaire.

 

Vous aussi, participez à la Rentrée Solidaire  

Qu’est ce que la Rentrée Solidaire ? La Rentrée Solidaire est à la fois une opération de solidarité concrète (avec une collecte de fournitures scolaires neuves ou de dons) et une expérience de l’engagement citoyen qui invite enfants et jeunes à questionner le monde qui les entoure et leurs comportements. Cette opération est organisée en partenariat avec la MAIF, la MAE, la Ligue de l’Enseignement et ses organisations membres.

Inscrivez-vous pour recevoir les outils 

et découvrez toutes les infos sur le blog www.rentreesolidaire.org 

Suivez-vous sur les réseaux sociaux