Tunisie : vivre ensemble

A l’heure où la capacité à vivre ensemble est questionnée partout dans le monde, zoom sur un de nos programmes qui lutte contre les discriminations et contribue au développement humain, social et économique des Tunisiens les plus démunis. Une façon très concrète de construire la démocratie.

Quatre ans après la révolution, au regard du chaos libyen, du retour des militaires en Egypte et de l’enfer syrien, la transition démocratique en Tunisie fait figure d’exemple dans la région : une constitution moderne qui mentionne les libertés fondamentales et la parité hommes/femmes,des élections présidentielles et législatives transparentes, démocratiques et libres, un dialogue social et des réformes économiques qui n’oublient pas les slogans de la révolution…

 

“Assurer la transition démocratique”

L’une des explications de cette réussite est la formidable mobilisation de la société civile tunisienne. A sa mesure, depuis 2011, Solidarité Laïque et ses organisations membres ont soutenu cette transition démocratique avec ceux qui la font : femmes et jeunes, syndicalistes, militants des droits de l’Homme, fonctionnaires des ministères et des collectivités territoriales. Le programme Soyons actifs/soyons actives s’est donné comme objectif d’agir sur l’un des enjeux majeurs de la démocratie et du vivre ensemble en Tunisie, mais également en France : la réduction des inégalités, qu’elles soient territoriales, sociales ou économiques.

“Les inégalités, une menace pour le vivre ensemble”

Les 23 et 24 janvier 2015, à Tunis, les 80 participants ont fait le choix de poursuivre cette expérimentation dans le cadre d’un programme ambitieux. « Les inégalités constituent une menace pour le vivre ensemble et la citoyenneté active. C’est justement en constituant un front d’acteurs d’horizons différents, mais complémentaires et en agissant avec les publics marginalisés que Solidarité Laïque et ses partenaires tunisiens entendent agir efficacement sur la réduction des inégalités », explique Guilhem Arnal, responsable géographique Tunisie à Solidarité Laïque. Le programme Soyons Actifs/Actives va donc désormais s’engager dans une phase de construction afin de bâtir des réponses pour lutter contre les inégalités. Réponses qui, s’appréhendent tout d’abord par le dialogue avec les autorités nationales nouvellement élues et locales.

Travailler avec les pouvoirs publics

Pour concrétiser cette volonté, le programme Soyons Actifs/Actives a signé une convention de partenariat avec le ministère de la formation professionnelle et de l’emploi en vue de construire des solutions innovantes pour l’insertion professionnelle des jeunes tunisiens. “L’histoire du programme Soyons Actifs/Actives ne fait donc que commencer, mais a l’ambition d’être un laboratoire vivant d’échanges, d’expérimentations et de contributions pour la démocratie participative et le vivre ensemble sur les deux rives de la Méditerranée“, conclut Guilhem Arnal.

Le Programme Soyons Actifs / Actives
Le programme a démarré en 2012 par une phase pilote. Menée par huit groupes de travail franco-tunisien, des diagnostics sur les inégalités dans l’école, l’accès à l’emploi, la culture, les droits des femmes, l’aménagement du territoire ont permis de constituer un espace de travail, riche à ce jour de 46 organisations tunisiennes et françaises.

Suivez-vous sur les réseaux sociaux