Accès à l’éducation : des projets aux actes

Voilà 15 ans, lors du Forum de Dakar, des objectifs ambitieux étaient fixés en matière d’éducation. L’occasion de dresser le bilan du programme et d’exiger des gouvernements de nouveaux engagements.

“Depuis le Forum de Dakar qui s’est tenu en 2000, des progrès importants en matière d’accès à l’éducation ont été faits, souligne Carole Coupez, représentante française de la Campagne Mondiale pour l’Education (CME) et déléguée aux actions d’éducation à la solidarité à solidarité Laïque. Ils concernent surtout l’accès à l’éducation primaire. “Le taux de scolarisation des enfants dans le premier cycle est passé de 83% en 2000 à plus de 90% en 2010 et le nombre d’enfants non scolarisés est passé de 102 à 58 millions”, poursuit Carole Coupez.

 

58 millions d’enfants “invisibles”

Malheureusement, les améliorations enregistrées ont stagné rapidement. Depuis 2008, ce sont toujours 58 millions d’enfants qui sont exclus de l’école. L’Unicef parle à leur sujet d’ “invisibles”. Certains d’entre eux sont totalement isolés ; d’autres en situation de handicap ; d’autres sont marginalisés pour des raisons parfois ethniques ; et une bonne moitié d’entre eux vivent en zone de conflit”. Sur le volet de la qualité, force est de constater que les progrès constatés dans les premières années s’enlisent : après quatre années d’études primaires, 250 millions d’enfants ne savent toujours pas lire ni écrire, et le taux d’abandon stagne autour de 25% !

 

Un enjeu plus qualitatif que quantitatif

Est-ce à dire que les enjeux portés par les objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) auraient été appréhendés dans une logique trop quantitative ? “Il est clair que les objectifs ont pris en compte trop tardivement la dimension qualitative. Une approche plus globale est s’impose donc qui saura prendre en compte la question déterminante de la qualité de l’éducation.”

 

Et demain ?

Les gouvernements doivent clairement s’engager davantage pour que le droit à l’éducation soit mieux respecté. “A la veille du Forum mondial de l’éducation et du sommet mondial des Nations-Unies, les organisations de la société civile ont un rôle majeur à jouer. Nous devons rappeler que l’éducation est un droit humain fondamental pour toutes et tous qui sert aussi la paix, la croissance économique, le développement durable.” Le nouveau collectif de la Campagne mondiale pour l’éducation dont Solidarité Laïque est chef de file portera ce projet sans fléchir.

 

Zoom : les objectifs de l’Education Pour Tous fixés en 2000 à Dakar

  • Développer et améliorer la protection et l’éducation de la petite enfance
  • Faire en sorte que tous les enfants aient la possibilité d’accéder à un enseignement primaire obligatoire et gratuit de qualité
  • Répondre aux besoins éducatifs avec des programmes adéquats permettant l’acquisition de connaissances et de compétences, pour l’exercice d’une citoyenneté active
  • Améliorer de 50% les niveaux d’alphabétisation des adultes, et leur assurer un accès équitable aux programmes d’éducation de base et d’éducation permanente
  • Eliminer la disparité entre le sexes dans l’enseignement primaire et secondaire
  • Améliorer la qualité de l’éducation notamment pour ce qui concerne la lecture, l’écriture et le calcul et les compétences indispensables dans la vie courante

 

Suivez-vous sur les réseaux sociaux