Et si on parlait de laïcité ?

Depuis les tragiques événements ayant meurtri notre pays le 7 Janvier 2015, le terme de "laïcité" est omniprésent dans la sphère médiatique. Cependant, savons nous vraiment ce que reflète ce mot au pays de Voltaire ?

Entendue comme le principe régissant la séparation de l’Eglise et des Institutions, la laïcité englobe d’autres principes fondateurs issus du siècle des lumières et de la Révolution Française. Opposée, par définition, à la religion d’Etat, la Laïcité reconnait les individus par le biais de leur citoyenneté et non par leur appartenance religieuse ou ethnique.

Histoire

La laïcité trouve ses racines dans l’Antiquité dans les écrits des philosophes romains et grecs tel que Marc Aurèle ou Epicure. Mais c’est pendant le Siècle des Lumières (1715-1789) que ce terme revêt l’aspect que nous lui connaissons aujourd’hui. Initié par les philosophes Spinoza, Locke, Bayle et Newton, le mouvement des Lumières trouvera sa continuité en France avec les écrits de Voltaire, de Montesquieu ou Diderot.

Combattant l’obscurantisme et les oppressions religieuses et politiques, les Lumières apporterons les grandes lignes qui définissent aujourd’hui la Laïcité dans notre pays : le triomphe de l’individu en tant que citoyen sur la croyance et la foi de ce dernier.

L’étymologie de la laïcité

Le terme vient du Latin “laicus” signifiant “ordinaire, commun”. Le terme latin est par extension dérivé du Grec ancien “laikos” signifiant « du peuple ». Au 11e siècle, le terme revêt un caractère peu élogieux, le mot laïc signifie illettré par opposition àclericus (du clergé, au sens de « savant »)

 

Sens moderne

Aujourd’hui le terme “laïque” désigne une société ou des individus faisant partie d’une société qui n’est pas sous la domination des institutions religieuses, quelles qu’elles soient. Par extension, la laïcité définit l’indépendance de la société civile à l’égard des institutions religieuses et du domaine religieux.

 

Historique de la laïcité en France

1789 : la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen institue la liberté religieuse “Nul ne doit être inquiété pour ses opinions, même religieuses” (article X)

1791 : la Constitution établit la liberté des cultes et accorde des droits identiques aux religions présentes alors en France : catholique, judaïque et protestante.

1881-1882 : les Lois de Jules Ferry instituent l’école publique gratuite, laïque et obligatoire.

1905 : la Loi de séparation des Églises et de l’Etat : “La République ne reconnaît, ne finance ni ne subventionne aucun culte” (article 2). L’Alsace Moselle, du fait de son rattachement à l’Allemagne lors du vote de cette loi, bénéficie d’un statut dérogatoire fondé sur le Concordat de 1801 signé par le Consul Napoléon Bonaparte.

1946 : le principe de laïcité est inscrit dans le préambule de la Constitution.

1959 : la Loi Debré accorde des subventions aux écoles privées qui sont sous contrat avec l’Etat.

1989 : la Loi Jospin de 1989 accorde aux élèves des collèges et des lycées, “dans le respect du pluralisme et du principe de neutralité”, la liberté d’information et d’expression (article 10). Cette loi va notamment provoquer l’apparition des foulards islamiques dans les établissements scolaires.

2004 : une loi réglementant le port des signes religieux à l’Ecole est mise en place pour résoudre les conflits liés au port du voile islamique.

 

Suivez-vous sur les réseaux sociaux