France-Haïti : « la solidarité est toujours gagnante »

Depuis plusieurs années, l’Amicale laïque de Couëron est jumelée avec le centre éducatif de Roseaux, en Haïti. Gaby Clouet nous raconte comment cet échange interculturel a transformé les individus et les pratiques de sa structure.

« La relation que nous entretenons avec le centre éducatif de Roseaux au sein du programme porté par Solidarité Laïque en Haïti apporte bien plus que la seule découverte de l’autre », assure Gaby Clouet, membre de l’Amicale laïque de Couëron. Echanges pédagogiques, accueil d’animateurs et bénévolat, l’interculturalité est mises au cœur de ce partenariat. « Partager sa culture suppose qu’on doit la connaître, explique Gaby. Les enfants redécouvrent ainsi leur patrimoine quand ils envoient des photos, des chansons ou encore des légendes de chez nous à leurs homologues haïtiens. »

Pour Gaby, c’est la réciprocité de ce partenariat qui fait sa force. « Nous n’avons pas le monopole de la vérité. Quand les Haïtiens viennent chez nous, ils ont un regard critique sur notre mode de vie. Cela nous permet de repenser nos modèles. » Un retour sur soi qui renforce aussi les valeurs de chacun et qui redonne du sens aux actions de l’association. Ainsi les jeunes ont-ils par exemple proposé, pour lever des fonds, de coordonner un marché solidaire avec les artisans de la région plutôt que d’organiser une énième soirée loto. « Ils deviennent force d’initiative et prennent des responsabilités. Aujourd’hui, la hiérarchie générationnelle tend à disparaître. »

 

Solidarité sur le territoire

Les bénéfices du jumelage ne s’arrêtent pas là, puisque les animateurs de l’Amicale interviennent aussi dans d’autres centres de loisirs, notamment dans les temps périscolaires. « Les acquis qu’ils ramènent de leur séjour de formation ou de bénévolat sont partagés plus largement au sein de la région. »

Au sein de notre programme en Haïti, d’autres associations locales ont tissé des partenariats avec le centre de Roseaux. L’Amicale a ainsi rencontré nos délégations départementales de la Rochelle et de la Creuse et des associations de Beaugé et d’Echirée. Avec les Francas 44, dont fait partie Gaby, tous travaillent aujourd’hui à renforcer leurs liens sur le territoire et à l’international. « La solidarité est avant tout un acte fédérateur. »

Suivez-vous sur les réseaux sociaux