Journée de mobilisation contre la marchandisation de l’éducation

Dans de nombreux pays, la pandémie de Covid-19 sert de prétexte idéal pour privatiser des systèmes éducatifs paralysés. Le 22 septembre, réaffirmons l’importance d’une éducation publique de qualité pour toutes et tous.

Dans de nombreux pays, la pandémie de Covid-19 a affaibli un secteur éducatif déjà délaissé. Les acteurs privés ont saisi l’opportunité de s’impliquer davantage pour pallier les carences des Etats à assurer une éducation pour toutes et tous. Seule une éducation publique de qualité est capable d’offrir à chacune et chacun de véritables perspectives d’avenir.

➤ Lire également : “ Les entreprises technologiques ne résolvent pas les inégalités en matière d’éducation, elles peuvent même les perpétuer “

Le 22 septembre, réaffirmons l’importance d’une éducation publique de qualité pour toutes et tous.

 

_________________________________________________________________

Participez, faites passer vos messages aux décideurs

 

N’hésitez pas à inventer, adapter vos messages sur les réseaux sociaux.

#NeVendezPasLeducation L’implication croissante des acteurs privés dans l’éducation doit être contrôlée ! @AFD_France @francediplo 

 

 

 

 

Ne bradons pas l’éducation publique ! Réglementons l’implication des acteurs privés dans l’éducation. #NeVendezPasLeducation @AFD_France @francediplo 

 

 

_________________________________________________________________

Organisé par le Réseau Francophone contre la Marchandisation de l’éducation

« Promouvoir l’éducation publique et réglementer les acteurs privés dans un contexte marqué par la pandémie de la COVID-19 et l’expansion de solutions éducatives numériques »

22 septembre

16h-18h (heure de Paris)

Les débats s’articuleront autour de la question suivante : quelles sont les actions, régulations, réglementations à promouvoir pour lutter contre le développement incontrôlé des acteurs privés dans l’éducation, notamment dans le secteur numérique ?

Le webinaire se déroulera avec la participation des représentant.e.s de la société civile, membres du Réseau, des représentant.e.s de gouvernements, de la CONFEMEN et la rapporteuse spéciale auprès des Nations unies sur le droit à l’éducation, Dr Koumba BOLY BARRY.

 

Suivez-nous sur les réseaux sociaux