Le développement, c’est maintenant !

Le monde s’est engagé à atteindre d’ici 2030 17 objectifs pour le développement durable. Pour réussir ce défi ambitieux, il faut dès aujourd’hui s’en donner les moyens : gouvernements, société civile et citoyens doivent agir ensemble pour demain.

Aujourd’hui, le développement durable n’est plus une option, c’est un impératif ! Après le Sommet des Nations Unies en septembre, l’urgence d’agir a été rappelée à maintes reprises et à tue-tête en décembre lors de la COP21. Le réchauffement climatique met en péril nos droits fondamentaux : logement, alimentation, santé, éducation…  et il est l’affaire de tous ; gouvernements, citoyens mais aussi associations, syndicats, coopératives et entreprises doivent s’engager pour qu’il ne dépasse les 1,5°C prévus lors de la Conférence de Paris.

Mais la question environnementale, si elle doit être transversale, n’est pas la seule qui soit pressante. 58 millions d’enfants sont encore privés de leur droit à l’éducation ! C’est 1 enfant sur 10 qu’on empêche de devenir acteur de ses droits. « L’éducation, ainsi que le rappelait pourtant Annick Girardin dans un entretien que la Secrétaire d’Etat au Développement a accordé à Solidarité Laïque, est la condition première de réalisation de tous les droits humains fondamentaux et contribue à un développement humain et équitable »

A Solidarité Laïque, nous continuerons à œuvrer au quotidien avec force et vigueur pour un développement respectueux de l’avenir. Sur le terrain, nous favorisons avec nos partenaires l’accès de toutes et tous à l’éducation, à la santé, à l’emploi et plus largement aux droits fondamentaux. Nous contribuerons au débat public afin d’influencer les politiques en matière d’éducation et de développement. Nous mènerons nos campagnes d’éducation à la citoyenneté pour que chacun/e dispose des outils nécessaires à l’action pour une démocratie revitalisée, qui permette l’épanouissement des individus, individuellement et collectivement.

Mais la société civile – associations, coopératives, mutuelles, syndicats, …- ne pourra remplir seule le cahier des charges. Rappelons avec Mme Girardin que « le nerf de la guerre, dans les pays pauvres, ce sera le financement des systèmes éducatifs ». Il faudra ainsi que la volonté des Etats soit au rendez-vous pour réduire l’écart entre intention et réalité et que les gouvernements placent le développement au cœur de leurs politiques publiques.

2016 sera une année charnière pour notre avenir. Ensemble, mobilisons-nous pour construire un monde plus juste, plus solidaire et plus responsable en donnant à tous accès à une éducation de qualité tout au long de la vie !

Suivez-vous sur les réseaux sociaux