Luttons contre les tabous autour du corps des femmes ! 

Être un.e acteur.trice de l’égalité ne dépend pas de notre sexe, le patriarcat n’étant pas uniquement l’affaire des un.e.s. Toutes les générations ont leur rôle à jouer pour tendre vers cet idéal de l’égalité, l’évolution des mentalités pouvant se produire à tout âge.

 


« Au quotidien, nous travaillons avec des hommes et des femmes qui ont envie de bousculer les mentalités, d’interpeler et de mettre fin à des tabous bien ancrés, notamment ceux qui gravitent autour du corps des femmes.
Découvrez aujourd’hui le dernier épisode de notre série d’histoires sur la construction de l’égalité de genre aux 4 coins du monde.”

Samia Frawes, Coordinatrice Actions Bassin Méditerranéen et référente genre


 

Le corps des femmes avec en particulier les règles, ne doit plus être source de honte et de rejet !

 

L’exposition “Pékré, une histoire de femmes” de Ghizlane Sahli, artiste plasticienne, est un véritable périple sur papier qui raconte et célèbre le corps de la Femme et de son intimité, à travers la broderie. Une Femme libre qui s’aime, qui s’assume et qui dépasse, sans victimisation et sans revendication, les limites imposées par la société. Hommes et femmes ont ainsi été invité.e.s à venir voir ce que beaucoup stigmatisent encore trop souvent.

Cette exposition est le chapitre 2 de “28 x 4”, projet de papiers et de photos peints, brodés et dessinés autour du corps de la femme et de son intimité.

En octobre 2021, invitée au Burkina Faso par Solidarité Laïque, l’artiste a animé un atelier de création sur la broderie, d’échanges et de discussions autour du corps de la femme au LABIS de Koubri (Programme “Compétences pour demain”), en marge de son exposition dans le cadre du OFF de la Biennale Internationale de Sculpture de Ouagadougou (BISO. Lors de cet atelier, il s’agissait pour les femmes de raconter leur corps, leur intimité et leur féminité, à travers les broderies. 

 

 

blank

“Je voulais parler de Liberté. Quoi de mieux pour une femme que de parler de son corps pour aborder ce sujet ? Pour moi, une Femme est pour moi libre quand elle peut disposer de son corps comme elle l’entend.
Les Histoires vécues et racontées par ces femmes, jeunes et moins jeunes, pour qui les règles sont un sujet particulièrement tabou, m’ont terriblement choquée. Cela m’a fait prendre encore plus conscience de l’importance de libérer la parole et de dire les choses.”

Ghizlane Sahli, artiste plasticienne, partenaire de Solidarité Laïque.

 

 

blank

 

“Nous devons avoir un regard lucide sur cette réalité féminine dont certains voudraient faire un mystère inaccessible et honteux ; c’est avant tout une histoire naturelle de chair, de flux et de palpitations des corps dans leur intimité et leur évidente nature.”
Alain Canonne, Délégué Général de Solidarité Laïque.

 

 

Invitée par Solidarité Laïque, Ghizlane Sahli a animé un atelier de création sur la broderie, d’échanges et de discussions autour du corps de la femme au LABIS de Koubri (Programme “Compétences pour demain”), en marge de son exposition dans le cadre du OFF de la Biennale Internationale de Sculpture de Ouagadougou (BISO) et dans le cadre de“28 x 4”, son projet de papiers et de photos peints, brodés et dessinés autour du corps de la femme et de son intimité.

 


Retrouvez d’autres histoires de femmes et d’hommes qui agissent pour plus d’égalité

 

blankblankblank

 


 

Agissons ensemble pour l’égalité femmes – hommes par l’éducation !

 

 

Suivez-nous sur les réseaux sociaux