Non, monsieur Castaner, les ONG ne sont pas complices !

Les ONG de sauvetage en Méditerranée seraient les "complices des passeurs", voici en substance les propos tenus par le Ministre de l'Intérieur. Des accusations graves qui heurtent largement les associations de solidarité. Rappelons que la mer Méditerranée reste l’axe migratoire le plus mortel au monde où plus de 18.000 personnes ont perdu la vie ces cinq dernières années. Nul ne peut faire porter sur les ONG la responsabilité des échecs tragiques de la communauté internationale à rétablir la paix au Moyen-Orient ou en Afrique, la responsabilité de la pauvreté endémique qui continue de miner des territoires entiers ou encore la responsabilité du réchauffement climatique. 

Durant l’été 2018, alors que les Etats européens étaient incapables de trouver une solution commune au drame des personnes migrantes en Méditerranée, Emmanuel Macron a dit des ONG qu’elles faisaient le « jeu de passeurs ». Quelques mois plus tard, lors d’une réunion des ministres de l’Intérieur des pays du G7 vendredi dernier, le représentant de la France Christophe Castaner  a déclaré que les ONG actives dans le sauvetage des personnes migrantes en Méditerranée « ont pu se faire complices » des passeurs, les appelant à « avoir une attitude responsable ».

Ces propos sont inacceptables. Ils démontrent une fois de plus que les Etats sont incapables d’assumer leurs responsabilités, au premier rang desquelles celle de proposer des voies légales et sûres pour les migrations et l’accueil des personnes en danger. Les situations dramatiques observées aujourd’hui ne sont que la conséquence des politiques européennes actuelles de fermeture.

Coordination SUD, la coordination nationale des ONG françaises de solidarité internationale rappelle, comme elle l’a fait en juillet dernier, que le premier rôle d’une ONG humanitaire est de sauver toute vie lorsque celle-ci est en péril, sans aucune distinction.

Pour rappel, M. le Ministre, comme nous l’avons toujours dit ou écrit et comme nous ne cesserons jamais de le répéter : les ONG opèrent dans le strict respect du droit maritime international et sont avant toute autre chose guidées par l’impératif humanitaire qui constitue un des fondements de nos démocraties.

 

Cet article a été publié sur le site de Coordination Sud

Coordination SUD – Solidarité Urgence Développement est la coordination nationale des ONG françaises de solidarité internationale. Fondée en 1994, elle rassemble aujourd’hui 170 ONG, adhérents directs ou au travers de six collectifs (Clong-Volontariat, Cnajep, Coordination humanitaire et développement, Crid, Forim, Groupe Initiatives), qui mènent des actions humanitaires d’urgence, d’aide au développement, de protection de l’environnement, de défense des droits humains auprès des populations défavorisées mais aussi des actions d’éducation à la solidarité internationale et de plaidoyer.

MOTS-CLES :

Suivez-vous sur les réseaux sociaux