À quand une politique d’accueil conforme aux valeurs de la République française ?

Interdiction des distributions alimentaires à Calais, demande de fermeture de refuges à Briançon, les mesures anti-migrants se multiplient et illustrent de nouveau une politique de non-accueil. Avec de nombreuses associations, Solidarité Laïque signe un appel dans le but d’alerter et faire respecter le devoir d’accueil et d'assistance à personne en danger.

Après l’interdiction des distributions alimentaires à Calais le 10 septembre, c’est maintenant à Briançon que le maire vient de demander à deux associations de rendre leurs locaux. Solidarité Laïque est signataire d’un appel pour dénoncer un drame humanitaire annoncé dans cette région qui voit transiter de nombreux migrants, et parmi eux des mineurs isolés. En cinq ans les deux associations Refuges Solidaires et Tous Migrants sont venues en aide à plus de 11000 hommes femmes et enfants qui traversent la frontière franco-italienne nord au péril de leurs vies.

“ Le devoir d’assistance à personne en danger est un devoir moral et juridique ”

“ Cette attitude fait écho aux récentes interdictions de distribution de nourriture dans le Calaisis, à la fermeture du centre d’accueil de la Croix-Rouge près de Menton, aux amendes infligées aux bénévoles humanitaires durant le confinement et plus largement aux atteintes grandissantes portées aux actions associatives et collectives, explique l’appel des associations, Le devoir d’assistance à personne en danger est un devoir moral et juridique; il s’impose à toutes et tous : citoyens, associations, mais aussi et d’abord collectivités territoriales et État. Le fait que les gouvernements européens ne respectent pas leurs obligations en matière de sauvetage et d’accueil des personnes, et qu’ils ferment volontairement les yeux sur les drames humains dont l’actualité se fait chaque jour écho, en Méditerranée comme dans les Alpes, n’exonère personne. “

« M. Murgia a dégainé sans discuter, avec une méconnaissance totale de ce que nous faisons » s’indigne dans Libération Philippe Wyon, l’un des administrateurs de Refuges Solidaires. « Il faut essayer de ne pas fermer ce lieu, c’est très important, on a de bons repas, on reprend de l’énergie. C’est rare ! » témoignait un jeune exilé de passage au Refuge Solidaire.

Solidarité Laïque soutient les acteurs solidaires de Gap et de Briançon qui agissent pour la scolarisation des mineurs isolés. En 2018, le film « Article 13 » en constituait un témoignage vibrant et donnait à entendre les voix de personnes migrantes et des bénévoles qui les accompagnent et appelait au respect des droits fondamentaux et du droit à la dignité pour tous.

« Les mesures anti-accueil se multiplient »

“Ces mesures illustrent une nouvelle fois la politique de non-accueil de la France. À nos portes, en Italie, en Grèce, en Méditerranée, des jeunes, des familles perdent la vie chaque instant pour aspirer à une vie meilleure.  La dernière annonce du gouvernement français visant à accueillir 100 jeunes migrants sur les 12 000 exilés du camp de Moria parait dérisoire au regard de ce nouveau drame humanitaire. La France souhaite donner l’image d’un Etat accueillant alors que ses actes montrent l’inverse.  Les mesures anti-accueil sur le territoire français se multiplient. Le pays des droits de l’Homme se spécialise dans la politique de refoulement au déni des droits les plus fondamentaux.”, souligne Alain Canonne, Délégué Générale à Solidarité Laïque.

Dans cette région, une action solidaire associative menée avec l’aval des décideurs politiques est nécessaire.  Alors que la crise du coronavirus renforce encore la tendance au repli sur soi observée partout dans le monde, nous voulons rappeler que la solidarité est plus que nécessaire pour construire le monde de demain.

 

Article 13, le film réalisé par Solidarité Laïque en 2019 dans le refuge solidaire de Briançon :

 

Suivez-nous sur les réseaux sociaux