Vacances confinées : une pause indispensable !

Après près de 3 semaines de fermeture des établissements scolaires, et une continuité pédagogique périlleuse et éprouvante pour les enfants, leurs parents et les enseignants, les vacances arrivent. Malgré le confinement, ce temps de répit sera nécessaire.

Ces dernières semaines de confinement ont été éprouvantes pour les élèves et l’ensemble de la communauté éducative. Stress et anxiété, difficultés pour les familles mal logées et les parents qui travaillent à assurer le suivi scolaire, problèmes de connexion et d’équipement informatique, et pour les enfants, une pression que tous n’ont pas la même capacité à vivre.  Ce moment de répit qui arrive avec les vacances, malgré le confinement, doit pouvoir être respecté, au risque de fragiliser plus encore les enfants. Il est important de prendre du recul : réinventer la vie en famille, jouer ensemble, converser davantage, prendre le temps de s’apaiser alors que le monde à l’extérieur est bouleversé…

Retrouvez à ce titre la tribune Coronavirus : vers un creusement des inégalités en France – Le Café Pédagogique – 25 mars 2020

 

Les vacances, essentielles à l’épanouissement de l’enfant 

” Il faut que les vacances soient les vacances “, soulignait Jean-Michel Blanquer lundi 30 mars.  Les syndicats enseignants ont interpellé le Ministre sur ce besoin de répit Comme le rappelle le chronobiologiste François Testu: « les vacances sont essentielles à l’épanouissement de l’enfant ». Cette situation exceptionnelle aura des répercussions certaines : décrochage scolaire, décrochage social et psychosocial, stress post-traumatique… Les élèves et leurs familles, les personnels engagés dans la continuité pédagogique, ont non seulement droit à des vacances mais ils en ont besoin ! Difficile cependant pour les parents sous pression de ne pas imposer leur stress, leurs préoccupations économiques liées à un avenir incertain à l’issue du confinement… Pourtant,  comme pour tous, la bienveillance envers les plus fragiles et vulnérables s’impose aussi pour les enfants.

 

Les vacances plus compliquées pour les enfants mal logés 

Pour certains enfants, le confinement est une véritable épreuve. Rappelons que 1 enfant sur 5 vit en situation de pauvreté, et plus de 600000 enfants sont en situation de mal logement.   “La période de confinement révèle et exacerbe encore davantage les inégalités sociales et scolaires, signalaient à l’unisson les syndicats enseignants dans une lettre au ministre. Et il est donc d’autant plus nécessaire de limiter la pression “pédagogique” pour les enfants qui vivent dans des espaces exigus ou au sein de familles fragilisées. Pascal Vigneron, directeur du 119 rappelait récemment la hausse des violences à l’égard des enfants : « Le confinement vient exacerber des situations familiales tendues, avec des parents déstabilisés, parfois en arrêt de travail ou en chômage partiel, et confrontés à la gestion de l’école virtuelle. Il y a une recrudescence des violences dans les familles fragilisées, et ça va aller crescendo». 

 

Les vacances sont un droit, y compris en période de confinement. Entre repos, liberté de vivre à son propre rythme, et activités ludiques, artistiques ou culturelles, ces deux semaines doivent pouvoir permettre aux enfants de se ressourcer. Elles leur permettront de reprendre des forces, d’aborder le retour à l’école semaines de façon plus apaisée, et de souffler !

 

Illustration : Shutterstock / KayaMe

Suivez-nous sur les réseaux sociaux