Pas d’Education, Pas d’Avenir fait sa campagne

Dans le monde, en 2014, 61 millions d’enfants ne vont pas à l’école. L’absence de bâtiments en dur, de cantine, ou de tables pour étudier ainsi que des conditions d’hygiène insuffisantes, sont autant d’obstacles à leur scolarisation. La campagne Pas d’Education, Pas d’Avenir finance des micro-projets pour résoudre ces difficultés sur le terrain.

 

Depuis 4 ans, Solidarité Laïque est partenaire de la Ligue de l’Enseignement sur la campagne Pas d’Education, Pas d’Avenir. Conçue en partenariat avec les associations locales selon le principe « une association du Nord soutient le projet d’une association du Sud », elle « permet à chaque partenaire de s’enrichir de la connaissance de l’autre et de s’investir dans une action solidaire qui rapproche les hommes entre eux », résume Philippe Jahshan, Délégué aux actions internationales chez Solidarité Laïque.

 

Associer les partenaires locaux

Première étape, l’appel à projets. Les associations affiliées à la Ligue de l’enseignement et les Délégations départementales de Solidarité Laïque ont jusqu’au 17 janvier 2014 pour présenter leurs dossiers. Comme chaque année, le jury aura la difficile tâche de sélectionner les projets les plus pertinents. Deux critères ont été retenus cette année, faisant écho aux objectifs 2 et 3 du forum de Dakar : assurer l’éducation pour tous et promouvoir l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes.

 

Un objectif pédagogique et citoyen

La collecte, conduite de mars à août 2014, connaîtra son apogée dans la semaine du 12 au 25 mai 2014. Elle consiste dans la vente de vignettes et de cartes postales réalisées cette année par le peintre Bruce Clarke. Une collecte sur la voie publique est aussi autorisée le 18 mai 2014. « Cette campagne est une occasion pour les enseignants, animateurs et pédagogues de conduire des actions pratiques d’éducation à la solidarité auprès des jeunes qu’ils forment et accompagnent. Des outils sont mis à leur disposition sur le blog et peuvent servir de support à une démarche pédagogique  », poursuit Philippe Jahshan.

 

Comment participer ?

Pour participer à cette démarche citoyenne, plusieurs possibilités : sensibiliser les enfants, les aider à organiser la mobilisation sur des causes très concrètes, acheter ou distribuer des vignettes mais aussi participer financièrement en faisant un don… C’est « pouvoir manifester notre attachement républicain et laïc à l’éducation, en France et partout dans le monde. Mais c’est aussi contribuer à changer le quotidien de centaines d’enfants et contribuer à bâtir la paix », résume Dominique Thys, Président de Solidarité Laïque. Dans une période où croît à nouveau le taux d’abandon scolaire et où les inégalités entre les sexes perdurent, il est plus urgent que jamais de bâtir, avec les pays concernés, des solutions concrètes. C’est ce à quoi s’emploie cette Campagne d’envergure nationale et dont le succès dépend de chacun d’entre nous : parents, enseignants, associations, élus, responsables syndicaux, élus…

 

Pour en Savoir plus www.pasdeducationpasdavenir.org

 

Suivez-nous sur les réseaux sociaux