Le programme de lutte contre les inégalités suscite l’adhésion

Du 12 et au 15 décembre 2013, Guilhem Arnal, responsable Tunisie à Solidarité Laïque, était à Tunis pour présenter le programme Soyons Actifs/Actives . Une mission réussie qui augure d’un bel avenir pour un projet ambitieux et fédérateur.

La lutte contre les inégalités requiert des forces vives et une capacité à avancer ensemble à toutes les étapes d’un projet : état des lieux, expériences-pilotes, choix des axes stratégiques, mise en œuvre et évaluation.

« En Tunisie, le taux de chômage s’élève à 30% chez les jeunes qui représentent près de la moitié de la population. Les régions de l’intérieur du pays ont été oubliées depuis l’indépendance du pays, souligne Guilhem Arnal. Ce n’est donc peut-être pas surprenant que le programme Soyons Actifs/Actives, qui vise à réduire les inégalités à travers l’éducation, la formation, l’insertion professionnelle et la citoyenneté, ait retenu toute l’attention de nos interlocuteurs. »

L’équipe de Solidarité Laïque a ainsi pu ainsi rencontrer plusieurs représentants des pouvoirs publics (Ministère du développement et de la coopération internationale, Direction générale des collectivités locales) ainsi que l’Union générale des travailleurs tunisiens, acteur historique incontournable de la société civile tunisienne qui joue aujourd’hui un rôle majeur dans la transition démocratique.. Aujourd’hui, avec eux, de nouvelles possibilités de partenariat se dessinent. «  C’est une promesse de réussite car si la société civile est déjà grandement représentée au sein du collectif, l’implication des pouvoirs publics offre de belles possibilités de diffusion et de reconnaissance du projet. »

 

Vers de nouveaux partenariats

Le 13 décembre, c’est dans un théâtre de Tunis que s’est réunie une soixantaine d’acteurs du programme. Durant cette journée riche en échanges, où les partenaires ont appris à mieux se connaître et jeté les bases d’une relation de confiance, le nouveau « passeport » du programme a été dévoilé et distribué. Objectifs, enjeux, mise en partage des valeurs et de la méthodologie de travail y sont déclinés. Cette présentation a éveillé l’intérêt de nouveaux membres, tant français que tunisiens, qui ont d’ores et déjà manifesté leur souhait de rejoindre le collectif. « Celui-ci est donc amené à s’étendre sur de nouveaux territoires. Des perspectives réjouissantes pour un programme encore jeune qui est aujourd’hui dans sa phase pilote  », conclut Guilhem Arnal.

 

Imed Zouaoui, jeune citoyen actif et engagé

« Quand les associations tunisiennes et françaises se sont réunies pour réfléchir ensemble sur ce que la société civile pouvait apporter à la Tunisie nouvelle, j’ai tout de suite compris qu’il y avait là une chance pour changer les choses. Cet aspect égalitaire du collectif me semble essentiel. Nous, membres de la société civile tunisienne, nous sommes considérés dans ce programme comme acteurs générateurs d’idées et capables de contribuer à la mise en place, à l’élaboration et au suivi du programme. « Soyons Actifs/Actives », c’est une volonté partagée de réduire les inégalités en amenant les jeunes à être acteurs de leur devenir.  »

 

Imed Zouaoui est Président du Tunisian Forum for Youth Empowerment et agit au sein du consortium de la Manouba

 

Suivez-vous sur les réseaux sociaux