Maroc : les associations de jeunesse en marche

En février, à Rabat, une nouvelle étape était franchie avec le lancement du programme "Jeunesse en action pour la démocratie" (JAD). Verbatim et retour sur 12 années d’engagement.

 

Lahcen Ajrari, chargé de programme Jeunesse dans une organisation membre du Remajec

 

“La jeunesse marocaine déborde d’idées, aspire au changement. Elle désire faire sa place dans la société et être reconnue comme acteur du développement et du progrès. Cette reconnaissance passe par la capacité à accéder à l’éducation, à l’emploi et à la citoyenneté. Il est donc du devoir du Remajec de favoriser l’expression de la citoyenneté des jeunes qui est une garantie de la reconnaissance de l’individu comme sujet actif et acteur, mais aussi comme vecteur du développement démocratique de la société.”

Consultez la brochure du PCM

 

Valérie Huguenin, pour l’Agence Française du Développement

“Comme l’ont révélé les révolutions arabes, les jeunes revendiquent d’être des acteurs du développement de leur pays. Le changement n’aura lieu que si les acteurs de la société civile et les acteurs institutionnels ont la capacité d’écouter et de prendre en compte leurs analyses et propositions. Il y va de la capacité d’une société à donner à ses jeunes la place de citoyens à laquelle ils ont droit. Cette question traverse toutes nos sociétés. Là aussi, le rôle du Remajec sera essentiel : celui de porter et de faire entendre la parole des jeunes en tant que citoyens à part entière, porteurs de nouveaux points de vue et de novuelles façons de penser.”

12 années pour fédérer tous les acteurs autour et avec la jeunesse marocaine

C’est en 2002 qu’a été lancé le Programme Concerté Maroc. Après un temps de découverte réciproque entre les organisations participantes, la jeunesse a été retenue comme axe d’action prioritaire. Comment lui permettre de devenir actrice d’un développement humain et solidaire ? Solidarité Laïque est alors chef de file d’un réseau de plus de 150 organisatoins mobilisées pour et avec la jeunesse.
En 2011, est créé le Réseau marocain de jeunesse et de concertation (Remajec). Il doit pouvoir représenter la jeunesse auprès des pouvoirs publics et fédérer les organisations de jeunesse.
L’Assemblée générale de février 2015 a vu le lancement du nouveau programme Jad « Jeunesse en action pour la démocratie » qui se déroulera sur une durée de 3 ans.

 

Mohamed Id Hamed, 26 ans, administrateur du Remajec depuis janvier 2013.

“A titre personnel, cette aventure est d’une grande richesse : ouverture à l’autre, y compris au nord de la Méditerranée, enrichissement réciproque, apprentissage du collectif, du débat, de la capacité à convaincre et bien sûr cette certitude que je suis en train de participer à la construction de mon pays. Ensemble, nous bâtissons l’avenir.”

Samir Tounzi, pour l’association Likaa Safi, Maroc), Secrétaire général du Remajec

“Avec ce programme, il s’agit de mettre en place une vraie démocratie participative de la jeunesse qui se base sur les valeurs de coresponsabilité et d’autonomie des jeunes. Solidarité Laïque, qui en a été le chef de file, en s’appuyant sur les valeurs d’éducation et de solidarité humaine, contribue à porter avec nous une transformation pérenne des dynamiques sociales.”

 

Lire aussi l’article paru dans L’économiste

 

Suivez-vous sur les réseaux sociaux