Education au Développement au service du socle commun de connaissances et de compétences

Le socle commun est un ensemble de valeurs, de savoirs, de langages et de pratiques. Il constitue une référence commune pour les éducateurs à tous les niveaux d’enseignement. « Maîtriser le socle commun c’est être capable de mobiliser ses acquis dans des tâches et des situations complexes, à l’École puis dans sa vie ; c’est posséder un outil indispensable pour continuer à se former tout au long de la vie afin de prendre part aux évolutions de la société ; c’est être en mesure de comprendre les grands défis de l’humanité, la diversité des cultures et l’universalité des droits de l’Homme, la nécessité du développement et les exigences de la protection de la planète. » Décret du 11 juillet 2006 relatif au socle commun de connaissances et de compétences et modifiant le code de l’éducation.

Grâce au socle commun de connaissances et de compétences, on peut dire que l’Education au Développement durable et à la Solidarité Internationale (EADDSI) est désormais solidement ancrée dans la base des savoirs fondamentaux car il permet à chacun, à la fin de la scolarité obligatoire, de disposer des acquis nécessaires pour comprendre les évolutions de la société et les grands défis de l’humanité, pour être conscient de la diversité des cultures, de la nécessité du respect des droits de l’homme et de la protection de l’environnement : « L’éducation au développement et à la solidarité internationale vise à donner aux jeunes des clés de compréhension des déséquilibres mondiaux et à encourager leur réflexion sur les moyens de réduire la pauvreté et les inégalités. » BOEN n°37 du 8 octobre 2009.

L’EADDSI permet d’aborder de nombreux thèmes de façon disciplinaire ou interdisciplinaire, par des approches croisées ou transversales, ayant attrait notamment à la culture humaniste, les compétences sociales et civiques: comme les droits humains, économiques, sociaux et culturels, la découverte interculturelle d’autres pays, , d’autres Histoires, le monde et les changements induits par l’activité humaine, la mondialisation, les inégalités et interdépendances, le développement durable dans toutes ses composantes… En effet, la finalité de l’EADDSI est complémentaire de celle du socle commun : permettre à chacun de jouer un rôle actif dans la société par l’appréhension et la compréhension du monde dans sa complexité.

Le socle commun repose sur sept piliers : la maîtrise de la langue française, la pratique d’une langue étrangère, les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technique, la maîtrise des techniques usuelles de l’information et de la communication, la culture humaniste, les compétences sociales et civiques, l’autonomie et l’initiative. L’EADDSI peut interagir sur les 7 piliers aisément car elle prépare à la vie de citoyen responsable et elle ne peut se faire sans une bonne maitrise de la langue française, une culture humaniste et scientifique, une maitrise des techniques de communication actuelles…

Cependant elle s’affiche particulièrement comme support et levier éducatif pour :

 

  • La culture humaniste : l’EADDSI fait référence à l’histoire, à la géographie, aux cultures et identités. Elle permet de réfléchir aux inégalités dans le monde, à la démographie, aux migrations, aux Droits… Les disciplines suivantes sont particulièrement appropriées à cette éducation « globale » : histoire-géographie, Sciences de la vie et de la Terre, Éducation civique, juridique et sociale, Sciences économiques et Solidarité Laïque- 2010- Document de réflexion eas@solidarite-laique.asso.fr – 2 – sociales mais aussi, d’une certaine façon, le français et les langues vivantes étrangères. Mais c’est surtout une éducation transversale et interdisciplinaire.
  • Les compétences sociales et civiques : l’EADDSI est même citée à ce titre dans le BOEN n°41 du 11 novembre 2010 dans les actions éducatives « éducation au développement durable et solidaire ». Solidarité Laïque est citée sur 3 campagnes : la Campagne Mondiale pour l’Education, la Campagne « Pas d’éducation, pas d’avenir » et la campagne « Demain Le monde …la santé pour Toutes et Tous ». Il est vrai qu’elle offre de nombreuses occasions de développer certaines compétences de savoir être et savoir faire comme par exemple « soumettre à critique l’information et la mettre à distance », « savoir construire son opinion et pouvoir la remettre en question » … En termes d’attitudes, l’EADDSI forme aussi à l’engagement.
  • L’autonomie et l’initiative : elle s’appuie sur « la pédagogie de projet » et a pour objectif de rendre les élèves acteurs de leurs droits, de leurs responsabilités citoyennes et de leurs engagements. Elle « peut s’appuyer sur des actions éducatives et des projets de coopération internationale […]. Inscrits dans les projets d’école ou d’établissement, ces actions et projets peuvent être menés avec le concours de partenaires extérieurs » (BOEN n°37 du 8 octobre 2009)

Suivez-vous sur les réseaux sociaux