En Haïti, James attend sa rentrée scolaire

Alors que la crise politique et économique fait rage en Haïti, histoire de James, qui fera sa rentrée prochainement dans une école de la Grand’Anse, reconstruite suite au passage de l’ouragan Matthew.

Du haut de ses 14 ans, James a des espoirs plein la tête : plus tard il veut devenir professeur pour donner ce qu’il a reçu. Après l’école, il aide déjà ses camarades à faire leurs devoirs. Mais ses ambitions vont bien au delà : issu d’un milieu défavorisé, il a conscience du pouvoir de l’école pour construire un avenir meilleur en Haïti.. Benjamin d’une fratrie composée de 4 garçons et 4 filles, il habite un des coins les plus reculés du département de la Grand ’Anse  au Sud ouest d’Haïti. Aujourd’hui, il va pouvoir préparer son avenir en retournant dans une école bien équipée et résistante aux intempéries. “Durant deux ans, j’ai dû être scolarisé dans des conditions très difficiles, parfois en plein soleil, sans abri, voire à même le sol, explique James. Mes parents avaient décidé de me mettre dans une école privée, mais cela leur coûtait bien trop cher. “

Cette rentrée que James va pouvoir faire est le fruit d’un investissement intense des équipes de Solidarité Laïque sur place et des villageois de Castache. “Reconstruire l’école, n’a pas été une mince affaire, explique Junior Mercier, coordinateur national de Solidarité Laïque Haïti. Pour acheminer les matériaux, il a fallu compter sur la mobilisation de toute la communauté locale. Mais nous y sommes parvenus. En plus de la construction de 4 salles de classe, l’école est désormais électrifiée et équipée de tables-bancs. Des toilettes, des urinoirs et un dépôt ont été également construits. ” 

 

« Ma nouvelle école est belle »

« Ma nouvelle école est belle », dit-il, des étoiles plein les yeux. Des salles de classe de cette institution ont été reconstruites grâce au projet « Timoun Retounen lekòl », soutenu par l’Agence française de développement qui vise le retour durable des enfants à l’école dans le Grand Sud d’Haiti. “Plongé dans une grave crise économique et politique, Haïti est régulièrement confronté aux catastrophes naturelles qui fragilisent encore plus le pays. Permettre à tous les jeunes d’accéder à une éducation de qualité compte parmi les réponses à apporter pour redonner espoir à la jeunesse haïtienne, qui, depuis février dernier ne cesse de se révolter contre les injustices”, explique Leandro Carignano, responsable géographique pour les Caraïbes-Amérique latine à Solidarité Laïque.

 

 « J’ai autant d’espace que je veux pour jouer avec mes camarades. »

Dans sa nouvelle classe, ils sont 28 élèves : 15 filles et 13 garçons. Ce qu’adore James ? La récréation pour jouer avec ses camarades dans la cour rénovée ! « J’ai de très bons camarades, dit-il. Dans ma nouvelle école, j’ai autant d’espace que je veux pour jouer avec eux. Et je vais pouvoir continuer d’étudier mes matières préférées, les mathématiques et le créole, ma langue maternelle.”

“Dans un système où 9 écoles sur 10 sont privées et où 500 000 enfants ne sont pas scolarisés, la rescolarisation des enfants dans cette école publique est un défi que nous n’aurions pu relever sans l’implication de tous : les habitants du village, les bailleurs et les donateurs de Solidarité Laïque qui ont été au rendez-vous”, conclut Leandro Carignano.

Suivez-vous sur les réseaux sociaux